AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ON RECHERCHE CLAUDE CRANE, MARNIE STONEBROOK, SAM MERLOTTE, ET BEAUCOUP D'AUTRES!

LES SOIRÉES CHATBOX SONT LES VENDREDI ET SAMEDI DES 21H

Partagez|

Money makes the world go round ♦ [ft. Sookie] ♦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar

Hey, c'est

▌Dispo pour rp ? : Oui

▌Sexe : Féminin
▌Sms : 36
▌Total des points : 38


MessageSujet: Money makes the world go round ♦ [ft. Sookie] ♦ Mar 28 Fév - 21:52

Déjà vingt minutes qu’elle attendait dans cette satanée banque, et les numéros défilaient avec une lenteur désespérante. Ashley fulminait. Comme si cela ne suffisait pas que sa carte de crédit soit refusée et que la batterie de son portable ait rendu l’âme, il avait en plus fallu que l’employé qui s’occupait habituellement de son dossier soit absent ce jour-là. Et cette cruche à l’accueil qui l’avait envoyée balader : « Ben faites comme tout le monde, passez au guichet. »

Ashley avait tenté de lui expliquer qu’elle n’était pas une cliente comme les autres et qu’il était impensable de la faire attendre des heures, un ticket numéroté à la main, au milieu de cette foule bruyante et malodorante. L’hôtesse l’avait toisée pendant quelques secondes avant de lui répondre « Désolée, princesse, mais vous n’avez pas trop le choix. » Elle n’avait même pas essayé de cacher le sarcasme dans sa voix. « Non mais, pour qui elle se prend avec ses grands airs ? » avait-elle ajouté à l’intention d’une collègue, assez fort toutefois pour qu’Ashley l’entende parfaitement. Incroyable. Qui était-elle pour se permettre de l’insulter ainsi ? Cette petite sotte allait regretter ce qu’elle venait de faire, Ashley s’en assurerait.

Folle de rage, la jeune femme alla retirer son numéro au distributeur de tickets, non sans bousculer deux ou trois personnes au passage pour se défouler. Après avoir en vain tenté d’échanger son ticket avec d’autres clients pour un numéro plus proche, elle s’avoua finalement vaincue et s’assit rageusement sur un banc. Elle se mit à imaginer tout ce qu’elle pourrait faire afin de pourrir la vie de la fille de l’accueil, ce qui lui permit de retrouver un semblant de calme. Calme qui ne dura pas longtemps, car Ashley se rendit vite compte que l’attente allait durer. Plusieurs dizaines de personnes devaient passer avant elle, et seuls deux guichets étaient ouverts. Sérieusement, une banque comme celle-ci ne pouvait-elle pas se payer plus d’employés ? Comment les gens qui l’entouraient pouvaient-ils supporter sans broncher d’être traités comme des centaines d’insectes insignifiants ?

Elle fit part de cette réflexion à la femme assise à sa droite, une trentenaire blonde, bien habillée, mais celle-ci se contenta de hausser les épaules avant de se replonger dans la lecture de son magazine people. Le vieil homme qui l’accompagnait ne semblait pas plus enclin à écouter ce que la jeune femme avait à dire. Ashley se tourna alors vers la personne assise à sa gauche, espérant trouver une oreille compatissante. C’était un jeune homme d’apparence banale, baskets aux pieds, pantalon baggy et sweat à capuche. Il secouait la tête en rythme, les écouteurs de son mp3 plantés dans les oreilles. Tant pis pour la compassion, Ashley allait devoir ruminer toute seule dans son coin.

Après 45 minutes d’attente, elle n’en pouvait plus. Son numéro n’était toujours pas près d’être appelé et elle ne pouvait même pas téléphoner à ses amies pour se plaindre. Merde. Il fallait qu’elle trouve quelque chose pour s’occuper, n’importe quoi. La jeune femme se souvint tout à coup qu’elle devait avoir un vieux portable au fond de son sac et se mit à farfouiller frénétiquement pour le retrouver. Rien. Dépitée, Ashley envoya valser son sac sur le banc, contre la jambe du jeune homme aux écouteurs. Il sursauta légèrement, puis jeta un coup d’œil sur le sac tout en enlevant ses écouteurs.

Quand il leva les yeux vers elle, Ashley eut un choc. Ils avaient exactement la même couleur noisette que ceux de son frère. Et il la regarda avec le même air mi-agacé, mi-blasé, en lui demandant de faire attention la prochaine fois. Alors que le jeune homme retournait à ses activités, Ashley ne put s’empêcher de le fixer. Son frère. Ils ne s’entendaient pas particulièrement bien, mais il lui manquait.

« Il faut que je sache ce qui lui est arrivé, se dit-elle, et mes parents ne me le diront jamais. Tant pis, je trouverai toute seule. » Elle avait déjà trouvé un indice. « Fangtasia, » répéta-t-elle plusieurs fois dans sa tête.

A l’autre bout de la salle d’attente, une jeune femme blonde se retourna brusquement et se mit à la dévisager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar


▌Dispo pour rp ? : Oui

▌Sexe : Féminin
▌Sms : 86
▌Total des points : 66
▌Localisation : Home Sweet Home
▌Humeur : Lunatique


MessageSujet: Re: Money makes the world go round ♦ [ft. Sookie] ♦ Mer 29 Fév - 15:26

    Assise sur une banquette des plus inconfortables, Sookie prenait son mal en patience. Heureusement, elle était une habituée des lieux et elle ne s’était pas laissée piéger cette fois : elle était venue armée d’un roman, de trois magasines différents et surtout, surtout, de son lecteur mp3. Qu’est-ce qu’il ne fallait pas faire pour simplement aller à la Banque ! La première fois qu’elle était venue ici, c’était le lendemain de ses dix-huit ans, avec sa grand-mère, pour effectuer les formalités nécessaires à sa majorité. Bon Temps, bien qu’étant une ville développée, ne disposait que de quelques distributeurs automatiques et si l’on souhaitait un rendez-vous, il fallait se rendre à Shreveport. C’était d’ailleurs le cas de la plupart des habitants des villes voisines qui ne disposaient pas non plus d’agences bancaires ; ce qui expliquait probablement la fréquentation excessive et l’attente interminable dans cette banque.

    Si Sookie s’était habituée à toujours attendre sans se plaindre, il y avait pour elle un inconvénient majeur et particulier pour elle. Tout ce monde, cela l’obligeait à renforcer sa barrière mentale et à fournir des efforts plus que conséquents. Bref, cela l’épuisait, et c’était également la raison pour laquelle elle emportait toujours de la musique pour ce genre de rendez-vous. Ainsi, si par inadvertance elle se relâchait, le volume sonore dans ses oreilles brouillerait quelque peu les intrusions mentales qu’elle subirait. Bref, ce n’était jamais vraiment une partie de plaisir que de se rendre ici. Le voyage s’était cette fois-ci vu nécessaire, étant donné la masse de billets que la jeune femme transportait dans son sac : la récompense promise par Pam, réévaluée par son créateur.

    Au début, Sookie n’avait pas voulu de cet argent, beaucoup plus intéressée par la possibilité de récupérer la propriété de sa maison. Mais comme un tiens vaut mieux que deux tu l’auras, elle avait du se résoudre à accepter les 30 000 dollars en liquide que lui avait tendu le vampire suédois, à défaut de le faire plier quant à son foyer. Et puis, chez les Stackhouse, on ne crachait jamais dans la soupe, question de principe. Tout de même, elle ne pouvait conserver tout cet argent chez elle ; quand bien même Bon Temps était relativement épargné des cambrioleurs, il aurait été naïf de jouer ainsi avec le feu. Et comme la naïveté de la demi-fae n’était plus à démontrer, elle s’était dit qu’elle devait prendre les devants et déposer tout ce blé sur un nouveau compte. Il était temps qu’elle songe à faire des économies et cette somme serait un bon départ, une opportunité pour tout faire fructifier.

    Jetant par hasard un coup d’œil au compteur, Sookie se rendit compte que son numéro approchait. Elle se concentra donc et enleva les écouteurs de ses oreilles, patientant les dernières minutes sans bouclier. Déjà, elle sentait poindre la migraine, tant les gens ici réfléchissaient fort. C’était souvent le cas dans les banques, les clients venant pour prendre de grandes décisions qui pèseraient lourd sur leur vie. Alors, il était particulièrement difficile de contrer leurs angoisses intérieures pour la blonde. Enfin, ce fut son tour, et Sookie demanda à être reçue en privé. Pas question de faire étalage de tous ces billets de banque. Son conseiller fut légèrement soupçonneux en la voyant débarquer avec trois dizaines de milliers de dollars mais sa conscience approuva lorsque Sookie lui expliqua avoir trouvé la somme dans un petit coffre que sa grand-mère aurait dissimulé dans la bibliothèque. Quelle grand-mère ne constitue pas de petits bas de laine ? La jeune femme abaissa un court instant son bouclier mental pour s’assurer qu’elle n’aurait pas d’ennui et put entendre avec satisfaction que le conseiller se frottait par avance les mains : plus ses clients mettaient d’argent en compte, plus sa prime augmentait. Soulagée, Sookie le quitta sur une poignée de main après avoir obtenu toutes les informations concernant son nouveau compte épargne.

    En ressortant du bureau, elle était tellement décontractée qu’elle oublia un bref instant de préserver son esprit des intrusions. Hélas, ces quelques secondes suffirent pour que, dans le brouhaha général, une voix s’impose. Elle était pleine de détermination et répétait :

    Fangtasia… Fangtasia… Fangtasia…


    La blonde ne put s’empêcher de dévisager la petite demoiselle qui répétait ce mot dans sa tête. Cela aurait pu s’agir d’une simple cliente du bar d’Eric, seulement elle n’en avait pas du tout l’allure. Et surtout, le rythme syncopé dans ses pensées donnait l’impression d’une obsession. Se rendant compte qu’elle fixait la jeune femme, Sookie se reprit et sortit rapidement de la Banque. Seulement, une fois dans sa voiture, elle se dit que quelque chose clochait. Alors, elle prit la décision d’attendre que l’inconnue ne ressorte de la Banque, avec la ferme intention de lui parler. L’attente fut longue mais pas inutile. Sookie s’extirpa avec souplesse de son véhicule et trottina d’un pas vif vers la jeune femme.

    Excusez-moi, pardon !!
    Je suis désolée de vous déranger, mais, comment dire…
    Ne me demandez pas comment je le sais mais, …
    Pourquoi souhaitez-vous vous rendre au Fangtasia ?


    Sookie avait fait des choses plus dingues dans sa vie que d’aborder une parfaite inconnue pour l’interroger. Alors, ça ou autre chose…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar

Hey, c'est

▌Dispo pour rp ? : Oui

▌Sexe : Féminin
▌Sms : 36
▌Total des points : 38


MessageSujet: Re: Money makes the world go round ♦ [ft. Sookie] ♦ Lun 12 Mar - 22:07

La jeune femme blonde cessa enfin de la fixer et sortit de la banque. Les yeux d’Ashley revinrent se poser sur le panneau d’affichage où les numéros continuaient à défiler beaucoup trop lentement. Ashley entreprit de ranger son sac, ce qui l’occupa cinq bonnes minutes. Puis, en désespoir de cause, elle se mit à observer les gens qui l’entouraient et à imaginer à quoi pouvait ressembler leur vie.

Ce type avec une salopette de travail et les mains sales devait certainement être un ouvrier, mal payé, exploité par son patron, mais qui faisait de gros efforts pour pouvoir nourrir sa famille et qui venait déposer les quelques dizaines de dollars gagnés en travaillant au noir pendant ses vacances. Et cette femme avec son petit chien et son manteau en fausse fourrure voulait certainement passer pour une dame respectable et au compte en banque bien fourni, mais Ashley soupçonnait que c’était loin d’être le cas. Peut-être voulait-elle faire bonne impression à son banquier et obtenir ainsi un prêt. Et ce couple là-bas venait sûrement lui aussi demander un prêt, vu la nervosité qui émanait d’eux. Peut-être pour acheter une maison où ils pourraient vivre avec leur bébé, qui n’allait manifestement pas tarder à montrer le bout de son nez. Ashley se sentit soulagée de ne pas faire partie de ces pauvres gens. Sa présence parmi eux ce jour-là était due à une erreur, rien d’autre. Alors qu’elle se faisait cette réflexion, elle fut interrompue par une voix grave : « Numéro 568, bougez vos fesses ! »

La jeune femme se tourna vers l’endroit d’où provenait la voix, qui appartenait à un gros homme bourru arborant un air particulièrement exaspéré. A sa vue, la jeune femme renonça immédiatement à réagir à la grossièreté de l’homme. Ashley se dirigea donc enfin vers le guichet, où un employé lui expliqua aimablement qu’il n’y avait pas de problème avec sa carte, mais qu’elle avait atteint le plafond journalier auquel elle avait droit. Un plafond ? Depuis quand avait-elle un plafond de dépenses journalier ? L’homme au guichet lui révéla que seul le propriétaire du compte pouvait augmenter ou abaisser le plafond. Ainsi donc, son père avait décidé de limiter ses dépenses sans lui demander son avis. Intéressant. Elle allait lui en dire deux mots le soir même, il pouvait en être sûr, elle n’allait pas se laisser faire ! Alors qu’elle réfléchissait à ce qu’elle allait lui dire, l’homme au guichet l’interrompit : « Je peux faire autre chose pour vous mademoiselle ? »

« Oui, me donner votre numéro » fut la première réponse qui fusa dans la tête d’Ashley. Il n’avait pas vraiment le même standing que les hommes qui l’intéressaient généralement, mais il était vraiment mignon, et la jeune femme était célibataire depuis bien trop longtemps. Néanmoins, son bon sens reprit le dessus et elle se contenta de répondre par la négative avant de se diriger vers la sortie, pressée de mettre le plus de distance possible entre elle et ce bâtiment de malheur.

En sortant, un rayon de soleil vint frapper son visage. La jeune femme eut un léger sourire. « C’est dingue comme une journée pourrie transforme n’importe quel évènement positif en court instant de bonheur, » se dit-elle. L’instant fut brisé par une petite voix qui l’interpellait. C’était la jeune femme qui la dévisageait dans le hall de la banque. Elle voulait savoir pourquoi Ashley souhaitait se rendre au Fangtasia. Pourtant elle n’avait parlé du Fangtasia à personne, préférant cacher ses projets à ses amis et sa famille. Comment pouvait-elle le savoir ? Ashley commençait à craindre que la jeune femme soit une sorte de stalker, comme on en voit parfois dans les séries policières. Tout de même curieuse, elle décida de dire la vérité à la jeune femme. Peut-être savait-elle quelque chose et pouvait-elle l’aider.

« Je recherche mon frère, il ne donne plus de nouvelles depuis plusieurs mois. Je crois qu’il est allé au Fangtasia il y a quelque temps et j’ai pensé que je trouverai peut-être des informations là-bas. Mais... qui êtes-vous ? Et qui vous a dit que je voulais aller là-bas ? »

La jeune femme lui avait dit de ne pas poser de questions, mais tant pis, elle ressentait un besoin irrépressible de satisfaire sa curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Hey, c'est
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Money makes the world go round ♦ [ft. Sookie] ♦

Revenir en haut Aller en bas

Money makes the world go round ♦ [ft. Sookie] ♦

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ϟ shreveport :: Centre Ville-