AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ON RECHERCHE CLAUDE CRANE, MARNIE STONEBROOK, SAM MERLOTTE, ET BEAUCOUP D'AUTRES!

LES SOIRÉES CHATBOX SONT LES VENDREDI ET SAMEDI DES 21H

Partagez|

Ma rencontre avec lui à Vancouver { F e a t Karl O. Korvinsky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage



avatar

Hey, c'est

▌Sexe : Féminin
▌Sms : 172
▌Total des points : 193
▌Birthday : 06/10/1987
▌Age : 29
▌Localisation : Ici et là
▌Humeur : Changeante


MessageSujet: Ma rencontre avec lui à Vancouver { F e a t Karl O. Korvinsky Dim 4 Déc - 19:39

Vancouver. 1999.

La nuit vient de tomber sur Vancouver, je suis avec Charles encore et toujours, je le suis partout de toute façon, il me protège des autres et aussi de moi-même, je pourrais faire des conneries sans ses conseils avisés. Il me sourit et il m’apaise chaque jour un peu plus, cela fait un moment maintenant que je vis avec lui et que je le suis partout où il va, il est mon mentor, mon modèle, je ne vois que par lui depuis ce fameux soir ou il a fait de moi un vampire, son étreinte avait été douloureuse et difficile à accepter, mais plus les années passent et plus je me sens bien à ses côtés, je le remercie désormais de m’avoir transformé, je donnerais ma vie pour lui si cela pouvait sauver la sienne. Je me demande néanmoins ce qu’on fait ici, à Vancouver, il répond à mes questions par des suppositions, il ne dit jamais les choses clairement, je ne sais pas dans quoi il traine, mais il dit que s’il garde le silence c’est pour me protéger, mais de quoi veut-il me protéger ? Il n’a pas confiance en moi ? J’en arrivais par moment à être totalement énervée contre lui, j’avais besoin de sa présence tout le temps et ça lui arrivait souvent de me laisser seule dans un hôtel avec de quoi me nourrir et jouer, en m’interdisant de sortir, je le revois franchir le seuil de la porte, me promettant de revenir au plus vite et en m’interdisant de partir, si vous saviez le nombre de fois ou j’ai été outre ce qu’il voulait.

C’est l’un de ses fameux soirs de rebellions ou j’ai rencontré Karl, ça a été étrange, surprenant, je ne pensais pas que d’autre créature en plus des vampires étaient aussi réelles, les loups-garous, on aura tout vu n’est-ce pas. Je l’ais repéré de loin, de par son odeur, elle envahissait la ville au complet, pourtant Vancouver, c’est vachement grand, quand j’étais près de lui, je l’ai su tout de suite et je crois qu’il m’avait repéré aussi, ça a pas été tout rose, j’ai bien cru que je passerais l’arme à gauche ce soir-là.

« -Qui êtes-vous ? »

L’endroit très peu recommandé, une ruelle déserte, un jeune vampire et un vieux loup. En générale cela ne fait pas bon ménage, ça a été très vite, je n’ai pas eu le temps de voir venir quoi que se soit, il m’avait déjà plaqué contre le mur, il avait mit sa main autour de mon cou, elle était bouillante, je n’avais jamais croisé un homme aussi chaud que lui. J’ai eu peur, j’aurais pu me défendre, le repousser, hurler, l’hypnotiser, j’avais pleins de solutions qui s’offraient à moi, mais je ne fis rien, je le regardais simplement, attendant de comprendre ce qu’il se passait. Son regard était perçant et en même temps terrifiant, il me fascinait d’un côté. Comment pouvait-il m’effrayer et m’attirer en même temps ?

Il n’eut pas le temps de me répondre, Charles était sorti de nulle part, l’avait repoussé difficilement mais rapidement et m’avait vite ramené à l’hôtel, j’ai reçu la pire correction de ma vie, il m’a lié par les mains avec une chaîne en argent, afin de m’immobiliser, il m’a fouetté avec une autre le restant de la nuit, dommage j’avais rencontré ce type en début de soirée. Il n’a jamais été aussi en colère contre moi, il m’en a voulu et m’a ignorer pendant près de quinze jours, quinze jours à Vancouver vraiment toute seule, autant vous dire que peu importe la punition que j’avais reçu venant de lui, je lui ais désobéi encore et encore chaque nuit durant. Je suis sorti dans l’espoir de retrouver ce type qui m’avait tant fasciné, il fallait qu’il me donne les réponses que Charles se refusait de me donner. Il disait qu’il craignait pour ma vie, comme à chaque fois, il ne voulait simplement pas en parler avec moi, il me croyait fragile et mielleuse, je n’étais pas comme ça, sur ce point il avait tort. Et il ne savait pas à quel point il avait tort.

Une énième nuit sans lui, je lui en voulais de faire payer aussi chère ma bêtise, il était très sévère pour un vampire, plus sévère que mes parents par moment, il me reprochait d’avoir mis ma vie en danger, en quoi j’étais en danger, ce type ne m’avait rien fait en fin de compte.

Je retournais chaque soir dans la ruelle où je l’avais rencontré, j’espérais chaque soir qu’il fasse son apparition, j’avais besoin de comprendre la colère de Charles, ce pour quoi il m’en voulait, la raison de sa distance, pourquoi il ne dormait plus à mes côtés, pourquoi je n’avais plus le droit à sa tendresse, pourquoi je n’avais plus le droit à ses baisers, sentir la paume de sa main sur ma joue me manquait fortement.

Je n’ai pas attendu longtemps cette fois-ci, l’homme qui me hantait chaque nuit depuis notre rencontre fit son apparition, j’avais le sentiment qu’il était là pour moi, qu’il avait senti que je voulais le voir.

« -Tu vas pouvoir répondre à ma question maintenant, qui es-tu ? »

J’étais dans cette ruelle, de nouveau en compagnie de se brun si étrange, effrayant et attirant en même temps. Charles ne m’ayant rien dit sur le pourquoi du comment, je ne savais pas ce qu’il allait m’arriver et je crois que d’une certaine façon je m’en fichais pas mal, je voulais que Charles souffre autant que je souffrais actuellement de par son comportement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar


▌Sexe : Masculin
▌Sms : 118
▌Total des points : 129
▌Localisation : Bon Temps, depuis peu !...
▌Humeur : Placide en générale


MessageSujet: Re: Ma rencontre avec lui à Vancouver { F e a t Karl O. Korvinsky Sam 10 Déc - 17:03

Peu enclin à faire certaines de ses courses au milieu de la foule, donc quand cela lui était possible, Karl préférait se débarrasser de ses emplettes durant la nuit ou au pire en fin d’après-midi. Sur la piste d’un vieux manuscrit florentin du XVIIe siècle et d’une horloge de style Louis-Philippe, il devait se rendre chez un particulier en quête de liquidité. Alors que l’immeuble de son vendeur affichait le charme désuet d’une opulence aujourd’hui disparu, il monta les quelques marches de la vieille bâtisse mal entretenue, il frappe le heurtoir sur l’énorme porte qui n’impressionnait plus que par l’étendue des restaurations dont elle avait grand besoin. Un coût expliquant sans doute cette vente particulière d’un propriétaire aux aboies, qui l’accueilli avec une grimace voulant sans doute imiter un sourire sarcastique.

Peu enclin aux politesses, l’antiquaire déclinant l’offre de son hôte pour aller directement au but de sa visite. Examinant longuement les deux antiquités, il revint ensuite vers son interlocuteur pour entamer les négociations. La lassitude envahie l’antiquaire quand il dû une fois de plus chipoter avec le vendeur, cette partie de son métier représentait vraiment la seule chose déplaisante de son métier. Deux heures s’étaient écoulées depuis son arrivée et la vente se concluait relativement favorablement pour le lycan, des siècles d’expériences finissaient toujours par payer. Prenant congé en indiquant que son employé viendrait prendre l’horloge, Karl avait embarqué le manuscrit dans son attaché-case et pris la direction de son domicile.

Fatigué, il commit l’imprudence de reprendre le chemin où il avait croisé deux jeunes sangsues, et bien qu’ils aient filé sans demander leur reste, il n’avait pas apprécié d’être ainsi interpeller. Sans oublier la douleur de la perte de son aimée était ravivée à chaque fois qu’il croisait un de ses congénères. Ne pensant pas avoir à subir deux fois de suite cette promiscuité, car il ne désirait pas avoir à retomber sur ces créatures avec l’objet qu’il transportait. Mais voilà, on obtient rarement ce que l’on souhaite, ce qui se confirma. Karl s’engagea dans la rue et fit face presque immédiatement à l’une des deux enfants de la nuit, en l’occurrence une jolie fille des ténèbres. Leurs regards se croisèrent pour la deuxième fois dans une joute où la certitude de la suprématie semblait partager par les deux protagonistes.

Le souvenir de l’audace qui poussa la jeune femme à demander sans y être invité à décliner son identité, Karl souri à la nouvelle charge de la caïnite. Son centre d’intérêt n’avait guère évolué, elle dardait le lycan avec l’arrogance de sa race, mais l’endroit ne se prêtait pas à une discussion pour l’antiquaire, qui fronça les sourcils de l’agaçante conduite de cette néonat mal éduquée. Sur de son fait, Karl répondit avec un ton méprisant propre à ceux certains de leur supériorité…


« Bien que cela soit bien mal demandé, je ne suis qu’un simple antiquaire qui souhaite savoir qui l’interroge d’une façon aussi peu respectueuse un inconnu qui pourrait désirer décapiter l’audacieuse sangsue !.... »


Dernière édition par Karl O. Korvinsky le Lun 12 Mar - 1:45, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanothien.winnerbb.net/



avatar

Hey, c'est

▌Sexe : Féminin
▌Sms : 172
▌Total des points : 193
▌Birthday : 06/10/1987
▌Age : 29
▌Localisation : Ici et là
▌Humeur : Changeante


MessageSujet: Re: Ma rencontre avec lui à Vancouver { F e a t Karl O. Korvinsky Mer 14 Déc - 12:29

Je me trouvais désormais face à cette personne qui m’avait tant intrigué, je me trouvais face à lui, je le regardais fixement, j’écoutais tout ce qu’il était en train de me dire et qu’allais-je bien pouvoir lui répondre ? Premièrement je n’étais pas une sangsue et pourquoi ce surnom ?

« -L’audacieuse sangsue, n’est qu’une jeune femme lâchement abandonnée c’est temps si, face à un antiquaire qui la perturbe beaucoup, vous m’intriguez. Vous n’êtes pas comme tout le monde … Qu’est-ce qui fait que vous soyez si différent ? »

Je sais que je posais beaucoup de question et ce n’était pas dans mes habitudes, je n’avais pas l’habitude d’aborder un type sous prétexte que je le trouvais différent des autres individus que je croisais en temps normal, j’avais senti sa puissance le premier soir, j’avais senti la chaleur qui émanait de son corps, comment tout cela était-il possible ?

« -Comment faites-vous pour être aussi fort, mon compagnon a peine pu vous bousculer, pourquoi êtes-vous aussi chaud, votre main autour de mon cou était brûlante, anormalement brûlante, qui êtes-vous monsieur l’antiquaire ? »

J’avais quasiment pas répondu à ses questions, mais j’attendais les réponses aux miennes avant tout chose, il se devait de répondre, j’avais posé les questions en première, il était hors de question qu’il se défile devant moi, je ne supportais pas de ne pas avoir ce que je voulais, personne ne faisait cela, personne ne m’avait jamais fait cela, il ne serait pas le premier, je ne le voulais pas.

« -Dîtes-moi la vérité sur vous et je vous dirais tout ce que vous voulez savoir… »

J’avais une voie calme et détendu, je ne me sentais pas stressée, je me sentais plutôt bien à dire vrai, pourtant j’aurais pu être en danger, il était clair que je ne faisais pas le poids face à ce type, il était fort, anormalement fort et beaucoup plus fort que nous apparemment, je voulais mes réponses, qu’elle être pouvait être plus puissant qu’un vampire, bien que Charles, ne soit pas un vampire très vieux, aucun vampire ne dégage une telle chaleur, il était donc évident que ce n’était pas un des notre.

Je continuais de le regarder dans les yeux, il avait le regard noir et glacial, ce qui était totalement contradictoire avec la chaleur qui émanait de lui, il avait eu la force de me plaquer contre un mur et je n’avais même pas eu le temps de le repousser et surtout je n’en avais pas la force.

« -Vous dîtes que je suis peu respectueuse, mais ce n’est pas moi qui vous ai plaqué contre un mur en vous tenant par la gorge sans vous laisser aucune chance de vous enfuir, lequel de nous deux et le plus irrespectueux en fin de compte ? Je pense que c’est vous car je ne vous avais rien fait du tout. »

J’étais du genre capricieuse et je le savais, je savais par moment me contrôler, mais je ne peux pas nier que cela m’était vraiment difficile, surtout quand il s’agissait de réponses à des questions que je me posais, il était évident, qu’il était différent de nous et des humains, mais qui était-il au jute ? D’où venait sa force, d’où venait cette chaleur qui émanait de lui, qu’avais-je fais pour qu’il réagisse d’une telle manière face à moi, que pouvait-il me reprocher, je ne le connais même pas, il était un parfaite inconnu et le peu que je savais désormais, ne m’apprenait rien de plus sur lui, juste qu’il était antiquaire et peu commode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



avatar


▌Sexe : Masculin
▌Sms : 118
▌Total des points : 129
▌Localisation : Bon Temps, depuis peu !...
▌Humeur : Placide en générale


MessageSujet: Re: Ma rencontre avec lui à Vancouver { F e a t Karl O. Korvinsky Lun 30 Jan - 18:05


Dans une nuit qui ne se déroulait pas comme il l’avait prévu, Karl entama un sondage olfactif pour localiser le compagnon de cette sangsue qui était intervenu lors de leur précédente rencontre. Oui, il reconnu la jeune vampire qui s’était risqué à l’attaquer, l’antiquaire crut un bref moment que l’être damné avait les moyens de lui nuire et s’en était instinctivement protégé. Même si l’odeur faisandée de cadavre ne laissait aucune confusion possible sur la nature réelle de la femme qui se tenait face à lui, la pression spirituelle qui émanait d’elle appartenait de toute évidence à une caïnite.

« Bien !... Nous savons tout deux que n’êtes plus une jeune femme, mais une créature des ténèbres, damnées pour l’éternité. Alors, ayez la politesse, qui vous a fait tant défaut lors de notre précédente rencontre, de décliner votre identité à votre aîné… ou du moins celle que vous utilisez en ce moment... »

La pression et la tension montait au cœur du lycan, certes son âge le sortirait aisément de cette situation, mais le problème avec les vampires s’est qu’ils sont extrêmement revanchard. Même la caïnite qui se postait devant lui possédait l’arrogance innée à cette race, elle n’avait pas la puissance pour lui nuire, au mieux le blesser temporairement. Mais elle avait un sire, avec lequel le combat serait peut-être plus incertain, sans parler du vrai danger, le maitre de ce dernier. Karl garda une attitude sur de lui, car il était indispensable de marquer son territoire pour en garder le contrôle afin d’éviter une bagarre stérile.

« Car, vous ne cessez d’interroger en vous abstenant de répondre par une formulation des plus conventionnelle de salutation qui me permettrait de donner un nom à cette inquisitrice qui me fait face !... J’avais cru apprendre avec le temps que les êtres de votre nature, ne souffrait que rarement de déficience mentale, me serais-je trompé sur votre compte… »

Un masque de sévérité et de mépris fit son apparition sur le visage déjà sombre de l’antiquaire, Karl évitait la fréquentation de ses congénères, cela devient quasiment impossible qu’il diffère sont attitude avec des caïnites. Sans sourcilier, il se rapproche de la vampire pour affirmer qu’il ne fuirait pas, mais son comportement indiquait également qu’il n’entamerai la bagarre qu’en dernier recours. D’une voix sure et fortes, Karl affiche sa détermination.

« Mon âge m’apporte l’expérience qui dirige ma conduite envers ceux de votre race, du moins jusqu’à maintenant… et confirmant mes soupçons, l’arrogance que vous affichez confirme mon jugement dont votre odeur s’était fait un criant messager. Je ne m’incline que très rarement aux confidences en temps normal, alors le faire avec vous révèle d’un pur fantasme…
Votre jeunesse doit vous faire présenter avant de solliciter une quelconque demande…
»

** Elle est charmante !.. … … Non ! Non !... N’oublie pas ce qu’elle est karl !... **




Dernière édition par Karl O. Korvinsky le Lun 12 Mar - 1:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lanothien.winnerbb.net/



avatar

Hey, c'est

▌Sexe : Féminin
▌Sms : 172
▌Total des points : 193
▌Birthday : 06/10/1987
▌Age : 29
▌Localisation : Ici et là
▌Humeur : Changeante


MessageSujet: Re: Ma rencontre avec lui à Vancouver { F e a t Karl O. Korvinsky Dim 11 Mar - 23:48

Je voyais rouge, je voulais absolument percer le mystère qui entourait ce type, il me fascinait autant qu’il me dégoûtait, je ne savais pas ce qu’il fallait réellement en penser, je savais que j’étais totalement soumise à lui dans tout les cas, malgré ma force surhumaine et mes pouvoirs je ne pouvais rien faire contre lui, il allait falloir que je joue profile bas, ce n’est pas comme si je n’avais pas l’habitude de le faire, je ne supportais pas vraiment cela, mais je n’avais pas le choix et je voulais absolument mes réponses, je découvrais encore plein de chose sur mes conditions vampiriques, j’allais sûrement découvrir encore d’autre chose, était-ce un vampire plus vieux que moi ? Je ne pensais pas, mais la question m’avait traversé l’esprit, il n’était pas humain, s’il était plus vieux que moi cela ne faisait nul doute qu’il n’était pas humain, je le sentais, une odeur plutôt forte d’ailleurs et quelques peu gênante, mais plus je le regardais, plus l’odeur se dissipait, à ne plus rien y comprendre, je ressentais ce désir si intense d’en apprendre plus sur lui, je savais que cela aurait toute son importance, il devait être quelqu’un d’important dans ce monde et qui sait, peut-être quand me le mettant dans la poche, j’arriverais à avoir quelques faveurs. Je me confortais dans l’idée de me soumettre à lui, s’était sans doute la meilleure des choses à faire, seul problème, je ne voulais rien révéler à Charles, mais l’odeur que se type dégagé était sur moi, il le sentirait et serait tout de suite que je l’ais croisé à nouveau, il fallait que je trouve une excuse valable, mais comment expliquer que je sois encore en vie ? Lui n’avait pas le dessus, il savait donc pertinemment que je n’avais pas le dessus sur lui. Peut-être que si je dis qu’une personne est intervenu en me donnant l’occasion de m’échapper cela passerait, je n’allais pas avoir le choix, mais d’abord place à la mise en scène.

Scène 1 / Acte 1

« -Je m’appelle Drue, Drue Swarts, je suis ici depuis peu avec la personne qui vous a fait affront la dernière fois. Je ne suis pas une créature des ténèbres comme vous semblez le pensez…. »

Je baisse le regard et prend un air nostalgique, lui faire penser que ma condition de vampire ne me satisfait guère, il fallait tenter, cela passait tout seul en général, mais rien ne semblait pareil avec ce type, il allait falloir être bonne actrice.

« -Je n’ais pas le choix… On ne m'a pas demandé mon avis. J'y ais été forcée et maintenant forcé de le suivre. Je ne suis pas un monstre ... Je n'ais pas eu le choix...»

Ma voix est tremblante, comme si j'allais me mettre à pleurer. J’attendais maintenant une réaction, n’importe laquelle, il fallait qu’il me coupe la parole, qu’il m’arrête dans mes explications, je comptais sur lui pour pouvoir surenchérir et continuer de jouer une scène qui promettait d’être mémorable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Hey, c'est
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ma rencontre avec lui à Vancouver { F e a t Karl O. Korvinsky

Revenir en haut Aller en bas

Ma rencontre avec lui à Vancouver { F e a t Karl O. Korvinsky

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: ϟ autres villes-